Le CBD, l’ingrédient à la mode dans le monde des cosmétiques

Les cosmétiques au CBD ont été conçus pour substituer à ce qu’on appelle la pâte de CBD, qui peut s’appliquer directement sur la peau ou s’incorporer dans nos recettes de cuisine. Cette pâte a tendance à laisser un filtre gras sur la peau. Les cosmétiques ont été développés pour permettre une absorption plus rapide des cannabinoïdes dans la peau. Tout est pensé pour rendre l’application plus agréable pour l’utilisateur et le pH est mesuré pour convenir à tous types de peau. 

Le potentiel du CBD tient son efficacité dans la pureté de l’ingrédient naturel.

Les produits CBD sont généralement composés d’ingrédients 100 % naturels, et ne contiennent pas de THC car les molécules utilisées pour ces cosmétiques sont issues de plants de chanvre industriels.

Ce qui peut séduire dans les cosmétiques au CBD c’est qu’ils ont encore ce petit goût d’interdit. En effet, pendant longtemps, les molécules issus de la plante de cannabis (CBD ou THC entre autre) ont été catégorisées en tant que « drogue ». Ce n’est que récemment que des études ont été entreprises pour démontrer que CBD et THC avait beau provenir de la même plante, elles restaient très différentes. Pour en savoir plus sur la différence entre THC et CBD.

Pourquoi la molécule CBD est si prisée aujourd’hui par les cosmétiques ?

La CBD, molécule non psychoactive du cannabis, est connue pour ses vertus apaisantes, anti-oxydantes, anti inflammatoires et relaxantes. Mais pas que … On peut retrouver ces bienfaits sous différentes formes (infusion, gélule, huile, alimentation, …) et maintenant dans les cosmétiques également.

La tendance a démarré avec la légalisation de l’usage médical et thérapeutique du CBD  dans de nombreux pays, notamment en Amérique du Nord. Le marché a pris de l’ampleur et est arrivée chez nous en Europe, puis en France.

Le lien entre le CBD et le bien-être est de plus en plus présent.
Grâce à ses propriétés anti inflammatoires, la molécule permet d’apporter un véritable potentiel à la réduction des réactions cutanées. Elle va agir directement sur l’inflammation après l’application. Cela permet de garder une peau saine et de la réparer sans cicatrices.
A cela s’ajoute les propriétés anti-oxydantes du CBD, qu’on pourrait comparer à des « pare-balles » pour l’organisme. Les antioxydants permettent de protéger notre organisme contre les radicaux libres et ainsi, ils permettent la prévention de nombreuses maladies. Ils permettent d’aider notre corps à lutter contre la pollution, à retarder le vieillissement ou à prévenir les cancers. Ses bienfaits antioxydants peuvent être utiles aux personnes souffrant de problème de peau (peaux surjettent aux points noirs, aux boutons et aux pores obstrués par exemple).

Enfin, nous pouvons parler des vertus apaisantes et relaxante du CBD dans les produits cosmétiques. Nous vivons dans une époque où le stress est devenu un état trop présent chez bon nombre de personnes et où l’anxiété gagne du terrain au quotidien. Les propriétés relaxantes de CBD sur la peau ne sont pas à négliger, bien au contraire. Elles protègent les zones inesthétiques (sécheresse, rougeurs) dues au froid, au vent, au soleil ou autre. Elles soulagent immédiatement en cas de brûlures légères ou de coups de soleil. Elles permettent d’éviter le dessèchement cutané et favorisent également la cicatrisation.

Que dit la législation sur cette nouvelle molécule ?

Il existe différentes réglementations, suivant les pays, concernant la CBD dans les cosmétiques.

En France,

Une loi indique que seules les fibres et les graines de chanvre sont autorisées dans le monde cosmétique. La fleur, au contraire, est interdite car elle est susceptible de contenir un taux de THC, même minime. Il est vrai que le CBD est autorisé à la culture et l’utilisation industrielle si la teneur en THC est inférieur à 0,2 %, mais dans les cosmétiques aucune trace de THC ne doit être détectée dans le produit en vente. (ou delta-9-tétrahydrocannabinol)

En Europe,

Le règlement stipule que les stupéfiants ne sont pas autorisés dans les cosmétiques (Cf Convention de New York du 30 mars 1961. Considéré comme stupéfiants: la résine de cannabis, la plante de cannabis et le cannabis en lui même). Le CBD contenu dans les cosmétiques ne peut donc provenir que des graines ou des feuilles.

La réglementation peut cependant varier d’un pays à l’autre.

Par exemple, en Suisse, la loi s’est alignée à celle Européenne et ne tolère que que l’utilisation des graines et des feuilles de cannabis. L’utilisation de fleurs ou de molécules qui la compose sont totalement interdites dans les cosmétiques.

Dans des pays comme le Luxembourg, la loi se cale sur la loi Européenne mais ajoute que les huiles de graines de cannabis issues de plantes industrielles (contenant moins de 0,3 % de THC) sont autorisées dans les cosmétiques.

En Suède, la loi est encore plus restrictive car elle n’autorise l’utilisation que des parties souterraines de la plante et ses graines.

En Autriche, début décembre 2018, le ministère fédéral du Travail, des Affaires sociales et de la Santé a interdit à toutes les entreprises qui commercialisaient des produits CBD en tant que compléments produits cosmétiques d’arrêter les ventes.

Romane Baudin
romane@1001herbes.com